Grande Guerre et captivité

LE SILENCE DES ÉCRIVAINS DE L’ENTRE-DEUX GUERRES

de Odon Abbal

 

 

Sur le site du centenaire de la Grande Guerre, à la page consacrée à l’image des prisonniers en France, l’auteur – anonyme – a écrit : « Si de très nombreux romans paraissent très tôt pour évoquer la guerre, à notre connaissance un seul roman décrit la captivité. Il s’agit d’Axelle de Pierre Benoit ; le livre est publié en 1928, mais reste marginal. » Tout cela est vrai et faux à la fois, le prisonnier apparaît bien dans la littérature d’après-guerre dans d’autres ouvrages signés par des auteurs reconnus, mais qui restent peu nombreux. Reprenant le contexte culturel, l’auteur s’interroge sur les raisons de ce silence et retrace l’image du captif telle qu’elle apparaît sous la plume des romanciers. La fiction rend-elle justice à ceux qui furent oubliés dans leur temps ?

15,5 x 23 cm – 20 €  – 144 pages

9782846733571




 

* content missing

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés