L’Artillerie de tranchée allemande 1914-1918

Thierry Ehret

Si la fortification de campagne a été théorisée depuis la fin du xix siècle, et si sa mise en pratique a fait partie de l’entraînement des troupes d’infanterie après 1910, la puissante armée impériale allemande entre en guerre en août 1914 sans artillerie de tranchée, comme du reste tous ses adversaires. La guerre moderne doit être une guerre de mouvement courte. Le front immobile va complètement bouleverser les tactiques de combat et mettre en pleine lumière des matériels performants, jusque-là gardés dans le secret de certaines places fortifiées. Arme du génie, le minenwerfer a été conçu pour la guerre de siège. Très vite, il va se révéler redoutable dans la guerre des positions, grâce à son tir courbe de munitions fortement chargées en explosifs « d’une puissance incomparable contre les réseaux, et contre le personnel », notamment par rapport à l’artillerie à tir tendu. Le canon de tranchée « tue beaucoup autour de lui. (…) Il détruit la tranchée rapidement et à peu de frais. »

Conçu comme arme du génie, avec affût fixe, tir plongeant et courte portée, le minenwerfer s’adapte et évolue au cours de la guerre dans des domaines insoupçonnés. Il devient mobile, son tir tendu et sa portée accrue le rendent apte à l’emploi contre les avions et les chars d’assaut. La concurrence des matériels de circonstance, de courte durée de vie, n’affecte pas l’appréciation générale positive de cette arme, qui va traverser toute la guerre.

21 x 29,7 cm80 pages – 140 illustrations

18 €




9782846732833

Suite au succès des hors série du magazine Tranchées, certains  numéros sont vendus en version livre comme ici le hors série 17 de Tranchées

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés