Une Military Cross à Arras

Michel Gravel

Au matin du 2  septembre 1918, George Burdon McKean, l’éclaireur du 14e bataillon d’infanterie canadienne pénètre sur la place de l’église de la commune de Cagnicourt, dans le Pas-de-Calais. Ce village fortifié de la ligne Hindenbourg est occupé par l’ennemi depuis les premiers jours d’octobre 1914.

L’éclaireur surprend l’occupant. Voici son témoignage :
Ce qui nous arriva alors peut sembler incroyable. Derrière les portes et les fenêtres des maisons d’en face, nous aperçûmes des dizaines et des dizaines de Boches pétrifiés de terreur. Je ne pus retenir un hoquet de surprise. Je me dis que nous allions avoir de sérieux ennuis. Un instant, je fus interdit, médusé, m’attendant à ce que les Boches ouvrent le feu sur nous parce qu’ils nous écrasaient en nombre. Pendant quelques secondes, personne ne bougea et nous nous dévisageâmes mutuellement. Je me mis alors à agiter vigoureusement un bras en l’air, comme si je voulais encourager une horde d’hommes sur ma droite et sur ma gauche à se rassembler sur moi.

Une Military Cross à Arras est extrait des mémoires de guerre de George Burdon McKean, publiées en anglais en 1919 sous le titre Scouting Thrills. McKean, qui était l’éclaireur en chef du 14e bataillon (Royal Montreal Regiment), de la 1re division canadienne, raconte avec ses propres mots la libération de Cagnicourt lors de la bataille d’Arras de 1918. À Cagnicourt les Canadiens percent définitivement le front occidental, et libèrent pour la première fois des territoires français occupés depuis 1914.

L’auteur historien Michel Gravel d’Ottawa au Canada, qui étudie le champ de bataille de McKean depuis quinze ans, replace les mots de McKean dans un contexte historique et géographique.

 

 

 

Format 16,4 x 23 cm
82 pages

20 €




9782846733144

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés